« Je n’ai jamais rien vu de pareil », rapporte Walter Galliazzi, un producteur ovin qui a subi d’énormes perte lors de la tempête qui a touché le nord de l’ Urugay, mi septembre…

 

moutons

 

 

La tempête qui a frappé le pays mi septembre a eu des conséquences dramatiques, elle a laissé une véritable hécatombe de moutons derrière elle, plus de 30 000 têtes de moutons ont succombé au froid, au vent et à la pluie. La température est passé de +38°C à -10° en quelques minutes, accompagnée de vents forts et de plus de 200 millimètres de pluie.

Adolfo Casaretto, le responsable régional de la coopérative uruguayenne de laine (SUL), a déclaré que le taux de mortalité des moutons dans les départements de Salto, Tacuarembó, Paysandu et Artigas, pourrait atteindre plus de 30.000 têtes. Il a exhorté les producteurs à signaler leurs pertes à la police et il a averti la population à ne surtout pas consommer la viande des animaux tués par la tempête.

« Nous savons qu’il y a des petits éleveurs qui n’ont pas la possibilité de déclarer leurs pertes, de sorte que le chiffre pourrait s’avérer beaucoup plus élevé », a déclaré a El Pais le président de l’Association rurale de l’Uruguay (ARU), Ruben Echeverria .

Par exemple, dans la seule région de Salto, 9769 plaintes ont été enregistré et on dénombrait 1850 moutons morts rien que chez un seul de ces éleveurs.

Rating: 4.0. From 4 votes.
Please wait...